Team BeYa

Les jeunes ambassadeurs

Les jeunes sont un élément central debeya tout le processus:

Que pensent-ils ? Quelles réalités vivent-ils au quotidien ? Que souhaitent-ils pour leur futur?

Les BeYA ou Belgian Young Ambassadors ont pour mission de découvrir ce que pensent les jeunes à travers des consultations qu’ils réalisent sur le terrain et de relayer ces informations vers le haut de l’échelle (niveau national et européen), notamment via des rencontres officielles avec les autorités et ministres compétents.

BEYA pic EULe Conseil de la Jeunesse est l’organe officiel d’avis et porte-parole des jeunes francophones de Belgique. Son rôle est de faire participer les jeunes (16-30 ans) au processus démocratique, notamment en récoltant leur parole sur une série de thématiques qui touchent directement ou indirectement la jeunesse pour ensuite la relayer auprès du monde politique. Le Conseil de la Jeunesse défend l’intérêt des jeunes et les représente au niveau national et international.

Les Jeunes Ambassadeurs, porte-parole de la jeunesse

Si tu t’engages comme jeune ambassadeur, tu travailleras de près avec les acteurs de la communauté française pour monter des projets , des rencontres avec les politiques locaux et régionaux et des consultations récoltant l’avis des jeunes. Nous demandons en effet que les jeunes ambassadeurs puissent s’engager autant que possible sur tout le cycle, à savoir de septembre 2017 à février 2018.

Notre team BeYA’s de choc ! 

Augustine

Je m’appelle Augustine, ai 19 ans et suis étudiante en droit en deuxième année à l’Université Saint-Louis Bruxelles. Je suis fort intéressée par les sujets et débats de société et suis ainsi ravie de faire partie des Jeunes Ambassadeurs, depuis maintenant plus de six mois.

J’apprécie le caractère neutre de ce groupe : il permet de recueillir l’avis des jeunes concernés sur des problématiques ciblées et de faire ressortir leurs revendications les plus fortes, les tendances politiques n’étant pas explicitement déployées. Je suis également fort attachée à son versant international : les formations et rencontres avec des acteurs de terrain, politiciens et jeunes de l’UE permettent d’apprécier les sujets traités avec une prise de distance et un regard plus posé et réaliste. Bref, un bon moyen pour faire progresser les choses et se faire entendre !

 

 

Glodie

Je m’appelle Glodie, j’ai 19 ans et je suis Bruxelloise d’origine Congolaise. Devenir Belgian Young Ambassadors résulte pour ma part de ma volonté à être incluse dans le processus décisionnaire. Nous, jeunes du 21ème siècle, sommes confrontés à des problèmes pour lesquels l’ancienne génération n’a pas eu à faire face, et manifestons de nouveaux besoins dans un monde où tout se produit en un clic… Nos entités gouvernementales sont bien trop souvent en décalage avec nos nouvelles attentes.  De plus, stigmatisés, les jeunes sont exclus de l’élaboration de lois qui les touchent pleinement, la plupart d’entre nous ne voient même plus l’utilité d’élever sa voix.

Toutefois depuis 2009, l’Union Européenne a mis en place le processus de Dialogue Structuré afin de promouvoir la citoyenneté active des jeunes et leur permettre de faire entendre leur voix auprès des Etats membres et de la Commission européenne. Munis de notre inventivité, notre sens de l’innovation et bien sûr notre « jeune » âge (un atout lorsqu’il est bien utilisé) il est de notre devoir de nous ajouter à l’équation pour solutionner au mieux les divers problèmes de notre ère (transport, écologie, éducation, discrimination, nouvelles technologies,…) et ainsi laisser un monde meilleur aux futurs générations.

A travers des consultations, qui vise à récolter les avis de la jeunesse francophone, mon rôle ainsi qu’aux autres BeYA’s est de relayer les informations que nous obtenons vers les hautes instances politiques mais surtout de mettre l’accent sur l’accès aux droits pour développer la participation des jeunes. Ce que j’aime par-dessus tout c’est que nous sommes amenés à rencontrer et à échanger avec les jeunes de nos régions afin de les représenter, eux et leur réalité, pour le mieux mais aussi avec des personnalités locales. Mon pasteur m’a dit un jour « tu sais que tu es au bon endroit lorsque tu es de temps en temps fatiguée mais que tu n’es jamais fatiguée DU travail. » Et je ne suis clairement pas fatiguée du travail.

JE SUIS JEUNE, J’AI DE L’IMPACT !

 

 

Kévin

Je m’appelle Kevin, on peut dire que je suis un jeune esprit en quête de voyage et d’expérience. À l’instar de ceux de mon âge je suis de nature plutôt curieuse, à la différence près que je me passionne volontiers pour le droit et les sciences-politiques. En somme j’apprécie cette arène du débat d’idée mais comme disait ironiquement Coluche, il n’y a rien de pire que d’avoir 20 ans et des idées : tout le monde les trouve mauvaises. Mais il en faut certainement plus pour taire la fougue et les idéaux qui nous animent.

‘’Des portes closes et des nuages sombres, c’est notre héritage, notre horizon, le futur et le passé nous encombrent…’’ Ces mots peuvent sembler caricaturaux et pourtant ils se sont enracinés dans l’imaginaire collectif de nos jeunes générations. C’est une tâche bien difficile que de faire comprendre à quelqu’un qu’il a tort, alors qu’il a toutes les chances de croire qu’il a raison. Mon engagement au sein des Beya impliquait deux actes, vouloir savoir et oser dire. Ayant pris conscience que j’étais moi-même une pièce du puzzle, cette aventure fut pour moi l’occasion de me retrousser les manches et de participer à l’action  tantôt de manière proactive en allant sur le terrain discuter, convaincre, informer, consulter et tantôt d’une façon plus passive, en allant à la rencontre des décideurs politiques, en assistant à des conférences, en échangeant avec d’autres ambassadeurs sur nos différentes réalités nationales. Le dialogue structuré est vraiment d’un des moyens efficient à l’heure actuelle qui nous permet d’être acteur de notre lendemain, des bâtisseurs de l’Europe de demain.  Cette aventure m’aura appris une grande leçon de vie qui peut se résumer en cette simple phrase :  Nos choix doivent refléter non pas nos peurs mais nos espoirs.

 

 

Mateusz

Je m’appelle Mateusz, j’ai 21 ans et je suis étudiant en sciences politiques à l’UCL Mons. Cela fait déjà depuis 2 ans que je suis un BeYa. Cette expérience qui est de représenter les jeunes francophones de Belgique au niveau de la commission européenne est un fantastique moyen de rencontrer des personnes formidables, d’apprendre de nombreuses choses sur le fonctionnement des institutions européennes mais également de s’investir d’auprès les jeunes pour les jeunes.

 

 

Quentin

Je m’appelle Quentin, j’ai 20 ans et je viens de la région de Mons. Je suis actuellement étudiant en ingéniorat de Gestion à l’UCL Mons. J’ai décidé de m’engager avec les BeYA car je trouve important que les jeunesses européennes puissent donner leurs avis sur la politique jeunesse de l’UE. La jeunesse est l’avenir de l’Europe, elle doit être écoutée et engagée avec les autres jeunesses européennes pour une Europe solidaire et ambitieuse, qui prend en compte l’avis des jeunes, c’est primordial.

 

 

Sarah

Bonjour, moi c’est Sarah, j’ai 26 ans, je suis assistante sociale et étudiante en sciences politiques, j’ai décidé de m’engager au sein des jeunes ambassadeurs parce que j’avais envie de récolter la parole des jeunes et sur le monde qui les entourent pour que nos politiciens puissent entendre ce que nous les jeunes vivons et avons à leur dire afin qu’ils puissent prendre conscience de leur jeunesse, des actions et projet à mener pour eux et avec eux tant au niveau national qu’au niveau européens. Surtout au niveau européen, j’avais également envie de transmettre ce que les politiciens ont aussi à nous dire de leur donner envie d’aller à la rencontre de l’Europe aussi !

 

 

Tatiana

Je suis Tatiana et travaillant dans le domaine de la solidarité internationale et dans l’enseignement, mes ami(e)s disent de moi que je ne m’arrête jamais. Je trouve mon équilibre entre travail, course à pieds, bénévolats divers et amis. M’engageant depuis longtemps à titre bénévole dans la société civile afin de défendre les valeurs qui me semblent justes, c’est tout naturellement que j’ai souhaité devenir une des BeYA afin de faire entendre la voix des jeunes Belges francophones auprès de l’Union européenne. Parmi les thématiques qui me tiennent particulièrement à cœur figurent le développement durable et l’éducation. « Une éducation de qualité pour tous dans une société égalitaire et respectueuse de l’environnement » pourrait être mon leitmotiv.

 

 

Yasmine

Hello, je m’appelle Yasmine et je suis étudiante en Sciences Politiques à l’Université Saint-Louis. Je suis active dans plusieurs organisations de jeunesses dont le Conseil de la Jeunesse où je suis Jeune Ambassadrice du Dialogue Structuré Européen depuis maintenant plus de deux ans. J’ai eu l’opportunité de participer à une des précédentes conférence jeunesse qui a eu lieu à Tallinn (Estonie). Là-bas, j’ai pu porter la voix des jeunes Belges ainsi que discuter de thématiques comme les jeunes et l’avenir de l’emploi, l’union européenne et la discrimination. La participation des jeunes est selon moi, plus que fondamentale. Nous sommes les citoyens de demain et c’est en nous exprimant que l’on pourra changer les choses !

 

 

Bertrand

Je m’appelle Bertrand, j’ai 22 ans et je partage mes journées entre Bruxelles et Liège, ville que j’habite. Mon investissement au sein des BeYA répond à deux souhaits. D’une part, celui d’avoir une première expérience de la représentation d’intérêts d’un groupe – soit t’il aussi large que celui de tous les jeunes francophones – auprès des autorités publiques. D’autre part, celui de m’investir personnellement dans un projet qui m’était cher : l’amélioration de la prise en compte de l’avis des jeunes dans le processus de décisions publiques et celle de leur investissement dans la vie citoyenne. Je suis en effet persuadé que ce n’est qu’en atteignant ces deux objectifs que l’on peut espérer reconstruire le lien entre les mandataires et les mandants.

 

AnnissaAnnissa

Je m’appelle Anissa, j’ai 19 ans et je suis étudiante en droit. Je suis passionnée par le monde qui m’entoure et par les enjeux de notre société. Ferme croyante pour la cause féministe et éternelle militante pour l’avenir de la jeunesse, les jeunes ambassadeurs ont été pour moi une chance inouïe de pouvoir porter la voix des jeunes trop souvent délaissées. En plus de la richesses que fut les rencontres avec mes autres collègues ambassadeurs, le travail réalisé sur le terrain m’a permis de me forger une vision réaliste et actuelle des enjeux et difficultés rencontrés par la jeunesse. Habituée et amoureuse de débats, être jeune ambassadrice fut l’occasion pour moi d’interpeller les dirigeants politiques sur des thématiques liées à la jeunesse mais aussi de redonner espoirs et confiance aux jeunes en la politique. En tant qu’ambassadeur de la jeunesse, notre rôle est avant tout d’être les portes paroles des jeunes et de les pousser à dessiner le chemin qu’ils désirent prendre dans les années suivantes.

 

 

28378338_548635422185164_1365030314026674596_n 28468782_548635292185177_2046754045530861191_n

Rencontre avec Marie Arena, députée européenne (mars 2018).

17309556_1404219856265153_11567485485447515_n

Pour plus d’info, n’hésite pas à contacter l’équipe du Conseil de la Jeunesse :

tel : 02/413 29 29

mail : conseil.jeunesse@cfwb.be

elisabeth.evrard@cfwb.be

charline.cauwe@cfwb.be